Test Sniper : Ghost Warrior

Par David , 7 juil 2010 - 6:40Maj : 11 mai 2013 | 0 commentaire | Classé dans : Articles,FPS,Jeux-vidéos,pc,Tests 4 497 vues

Nouvelle partie de Sniper-Ghost-Warrior-PCCity Interactive revient avec une nouvelle version de Sniper, Ghost Warrior. Le prix du jeu est un de ses atoûts majeurs, même si d’autres Bon nombre de jeux ont déçu par le passé, cela sera t’il encore le cas alors que le studio a pourtant annoncé de grandes améliorations dans la réalisation de ce jeu ? Nous allons voir cela directement. On se dit en découvrant la boite de Sniper Ghost Warrior, chouette un jeu de sniper, il va falloir se camoufler et prendre un abonnement chez « Vive le Jardin » pour apprendre l’art de la discrétion et de la furtivité. Rien n’est moins sur, car cela dépend beaucoup de l’IA qui se trouve en face de vous.

L’histoire se déroule à Isla Trueno, une région située en Amérique du Sud et on pense plus particulièrement à la Colombie car au cours de certaines missions, il n’est pas rare de tomber nez à nez avec des kilos de cocaïne entreposés ici et là. La nation sud-américaine d’Isla Trueno est gérée par un tyran, c’est le sergent Tyler Wells, tireur d’élite des Marines, qui est chargé d’apporter son aide à la rébellion au cours d’une mission top secrète dans la jungle de l’île. C’est donc dans ce contexte que l’on part le fusil à l’épaule prêt à sniper la moindre petite tête qui dépasse un peu trop à notre goût. Le jeu débute par un mini tutoriel sur le maniement des armes, très ressemblant à celui présent dans Call of Duty Modern Warfare, qu’il est d’ailleurs possible de passer. C’est donc avec un air de déjà vu que l’on aborde nos premières missions, et en arrivant sur l’île ce sentiment se renforce. Les décors ressemblent un peu à ceux de Crysis, rien de plus normal me direz-vous puisque le jeu se déroule dans une jungle. C’est vrai, mais pourtant Sniper Ghost Warrior n’a rien à voir avec les détails et le gameplay du premier niveau sniper de Crysis, même si les graphismes et le gameplay sont tout à fait acceptables. Le jeu s’appuie sur le moteur graphique de Call of Juarez 2, Chrome Engine 4. Le menu option offre des paramètres de réglages maximums en passant de la résolution, à la qualité des matières, des textures, des ombres, du post-traitement, des feuillages, de la taille de la carte des ombres, du filtrage des textures, des FX ou encore d’activer ou non la Bullet Cam. Cela permet de trouver un mode de jeu graphique proportionnel et adéquate à sa configuration.

Les 16 missions qui composent le mode solo sont variées, il existe 3 niveaux de difficultés allant de facile, normal à difficile. En mode facile et normal on pourra voir dans le viseur un petit rond rouge qui indique le point d’impact de la balle, alors qu’en mode difficile il faudra se contenter d’avoir un bon feeling. La progression du scénario est entrecoupée de petites cinématiques en début et fin de mission. La sauvegarde est possible à tout moment, le but premier est d’atteindre les points stratégiques notifiés sur la carte pour passer les checkpoints. La carte indique également les ennemis qui se trouvent dans le périmètre avec des petits triangles rouges. Les missions alternent entre des phases d’infiltration, de snipe et d’assaut avec des décors qui changent régulièrement passant de la jungle, à la plateforme pétrolière, ou encore de la mine à la base militaire. Le but des missions est tout aussi varié, le personnage devra jouer le rôle du sniper solitaire, couvrir ses coéquipiers, faire une reconnaissance à l’aide de jumelles pour désigner les cibles à atteindre, foncer dans le tas avec un fusil d’assaut, ou encore se défendre à l’aide de grosses mitrailleuses sur une jeep de jour comme de nuit.

On se fait tirer dessus je croisBullet Cam

La gestion du sniper est une réussite et reste réaliste, même si certains connaisseurs auront quand même des choses à redire. La possibilité d’atteindre deux cibles en headshot avec la même balle est plus que jouissif. Pour réussir un tir parfait il faut prendre en compte la direction, la force du vent, anticiper les déplacements et maintenir la respiration du personnage aux alentours des 80 pulsations/min. Dès lors que l’on maintien sa respiration, le gameplay passe en mode ralenti jusqu’à essoufflement. Avec ce principe il est quasiment impossible de réaliser un tir après avoir fait un sprint, le canon du fusil bouge beaucoup trop rapidement. Lors d’un headshot parfait la Bullet Cam lance un ralenti qui permet de suivre la balle jusqu’à ce qu’elle atteigne sa cible, un peu comme dans Max Payne (Remedy).

Dans l’ensemble, le gameplay et la prise en main sont réussis, seul les mouvements du sergent Tyler Wells sont parfois difficiles surtout dès qu’il s’agit de déplacements en hauteurs, notamment lorsqu’il il faut jouer du grappin ou bien descendre une échelle. A noter également, un léger manque de liberté, on se sent un peu enfermé et obliger de passer par le chemin balisé par les développeurs, être beaucoup plus libre et pouvoir nager sous l’eau en explorant la carte comme bon nous semble aurait été plus amusant, et là forcément je pense à Crysis ou à Far Cry 2. Par contre, la possibilité de ramasser les armes de ses ennemis est bonne à prendre, même si on aurait aussi aimé pouvoir les améliorer, pourquoi pas à l’aide de points ou d’argent acquis en découvrant des secrets ou en réalisant des combos un peu à la Splinter Cell Conviction. Bon là d’accord, j’en demande trop… La partie Game design associée au moteur Chrome Engine 4 permet d’évoluer dans un décor à la végétation riche de détails mais qui affiche un scintillement bien peu trop important. Du coup, l’ennemi est parfois assez dur à visualiser pendant les phases d’action et on a même tendance à les découvrir au dernier moment alors qu’ils étaient clairement indiqués sur la carte, pas terrible pour un sniper ! J’ai envie de dire : « met ta lunette ! », oui je sais c’est moyen… En tout cela s’avère paradoxal, car d’un côté on a un sniper équipé d’une tenue de camouflage tapis dans l’ombre et prêt à presser la détente qui devrait être invisible, et de l’autre on a une armée de soldats avec des yeux de lynx en treillis mais que l’on a parfois du mal à voir de jour comme de nuit. Des petits bugs de collision, des imperfections au niveau des textures et un aliasing pas terrible viennent gonfler la liste des défauts. De plus l’IA ne séduit pas plus que ça, mettant en péril l’infiltration qui en subit directement les conséquences. L’IA de Sniper Ghost Warrior propose trois niveaux d’interactions, non repéré, repéré et à votre recherche, alarme totale avec tirs à vu. Malgré la jauge de furtivité, il est plus que fréquent de déclencher l’alarme générale alors qu’on pensait pourtant être bien caché. Lors de certaines missions où la furtivité est capitale, on peut se retrouver à 2 ou 3 mètres des gardes sans se faire détecter, alors qu’à l’opposé en se cachant à 50 mètres dans le maquis bien abrité par des feuilles dans une zone de pénombre totale, on arrive quand même à se prendre une rafale, cherchez l’erreur !

La bande son et les bruitages sont corrects, ils collent bien avec l’ambiance du jeu. La durée de vie varie de 6 heures à 10 heures selon le niveau de difficulté choisi, mais il est possible de la prolonger grâce à la recherche des 21 secrets ou encore avec le mode multijoueur.
Avec une prise en main rapide et des missions variées Sniper Ghost Warrior offre un gameplay assez réussi.
La partie graphique apporte énormément à l’ambiance, basée sur le moteur Chrome Engine 4, la qualité générale n’est pas irréprochable mais reste correcte dans l’ensemble.
Sans être extraordinaire et sans renouveler le genre, l’ambiance sonore est satisfaisante puisqu’elle arrive à nous transporter dans l’univers du sniper.
Avec une durée de vie de 6 à 10 heures, un mode multijoueur, et des secrets à découvrir on n’est pas en reste.

La fiche du jeu

Verdict

Pour résumer, le faible prix de Sniper Ghost Warrior, aux alentours des 24 Euros peut attirer les passionnés de la gachette et les connaisseurs du genre. Cependant et même si on sent bien que l’équipe de City Interactive à essayer de faire un jeu quelque peu différent du style FPS, avec de bonnes idées à retenir, l’addition de tous ces petits défauts peut rapidement énerver et frustrer les joueurs habitués. Le mode multijoueur reste une bonne alternative pour les joueurs qui aiment camper lors des LAN, alors que les autres préfèreront passer leur chemin. Dans l’ensemble Sniper Ghost Warrior est un jeu correct et original truffé de quelques défauts qui saura attirer les fans du genre sans briller particulièrement. Le meilleur moyen de se faire un avis est de télécharger la version démo du jeu.

On aime
  • Bullet Cam
  • Partie Sniper réussie
  • Gameplay correct
  • Missions variées
  • Mode multijoueur
On aime moins
  • Bugs graphiques
  • IA mal gérée
  • Manque de liberté
Scores
Jouabilité
Bande son
Graphisme
Durée de vie
Total
 3 / 5
Votre score
MauvaisMoyenCorrectBonExcellent Soyez le premier à voter !
Loading...
Votre score
Award
Or Gamedware Gold